dimanche 14 février 2010

Kasabian - Aéronef, Lille, 13.02.10


Qui n’est jamais retombé sur un vieux CD d’Oasis ou de Blur sans être soudain submergé par une immense vague de nostalgie, suivie de cette question : mais fucking hell, où est donc passé le rock anglais ? Attention, pas le rock minuscule des groupes éphémères du NME, pas le rock qui pense qu’une belle chemise à carreaux est plus importante qu’un bon riff de guitare; non, le vrai rock anglais, celui qui remplit les stades, celui qui s’écoute une pinte à la main, celui qui vous transforme une fosse en marée humaine reprenant en choeur des « lalala » d’une simplicité brillante ! On aurait presque envie de supplier les Gallagher : « Revenez ! »
Mais heureusement, Kasabian est arrivé. Le groupe, connu pour sa modestie maladive, confirme : « Depuis le split d’Oasis, il n’y a plus que deux groupes au Royaume-Uni : les Arctic Monkeys, et nous. » Leurs trois albums nous avaient déjà conquises, avec leur fusion parfaite d’indie rock populaire et d’électro pas prétentieuse. Mais pour être adoubé grand groupe de rock 'n roll, il leur fallait encore passer une ultime épreuve : la scène.
On a commencé par les détester. Oh, ils n’y étaient pour rien, non. Mais passer trois heures dans le froid polaire qui sévit en ce moment à Lille avait un peu entamé notre enthousiasme. Ils avaient intérêt à être sacrément bons. Enfin l’organisation merdique de l‘Aéronef (je tiens à le dire, car c‘est pire à chaque fois) nous laisse rentrer. Notre persévérance (inconscience ?) est récompensée puisque nous obtenons la barrière, devant Serge, sur les recommandations d’une amie anglaise habituée du groupe. Sans rentrer dans des considérations groupiesques, ce fut vraiment un choix judicieux. Les filles, mettez-vous sur la gauche, vous nous remercierez. La première partie a apparemment fait faux bond depuis le début de la tournée française, mais personne ne s’en plaindra vraiment. Le public reprend la fin de L.S.F en attendant le départ des roadies.
Le groupe débarque enfin et donne le ton d‘emblée. Julie & the Mothman, que je ne connais pourtant pas (face B du single Underdog) me prend d’assaut. Il ne faut pas attendre la fin du premier refrain pour me voir les bras en l’air, sautillant et reprenant les « Julie Julie » comme le reste de la fosse. Tom Meighan a décidément plus que jamais une allure de lad, avec sa tronche de hooligan, son blouson en cuir et cet accent si sympathique de Leicester. Serge Pizzorno, a lui tout d’une icône du rock ‘n roll, il est vraiment magnifique. Et pourtant il ne tombe jamais dans les poses faciles, il joue sans prétention et baisse les yeux lorsque les filles du premier rang l’interpellent un peu trop. Le reste du groupe se fait plus discret, néanmoins impeccable et visiblement heureux de jouer. Pendant une heure et demie le groupe n’aura de cesse d’enchaîner tubes sur tubes : Club Foot, Empire, Shoot The Runner, Underdog, Where Did All The Love Go?... Tout y passe. I.D. se fait aussi planante que sur disque. D’ailleurs j’ai toujours un faible pour les titres du premier album, que j’écoutais en boucle à l’époque, et dont les versions lives sont loin de me décevoir. Je suis entourée d’anglais, et on connaît l‘intensité des publics anglais. Je suis comprimée, broyée, et pourtant je n’échangerais ma place pour rien au monde. Après une brève pause, le groupe revient pour un rappel : Fire, Vlad The Impaler et le toujours très attendu L.S.F. Final anthémique, la foule comme un seul homme reprenant cette mélodie qu’on semble avoir toujours connu.
Une fois les lumières rallumées, on ne lit que des sourires sur les visages. Kasabian aura fait quelques victimes de plus ce soir (le groupe tire son nom de Linda Kasabian, proche du meurtrier Charles Manson). Sur le chemin du retour, les notes de Processed Beats et d’Underdog refuseront de quitter mon esprit. Mais où en étais-je déjà ? Ah oui, le rock anglais. Il se porte excellemment bien, merci.

Setlist :
Julie & The Mothman
Underdog
Where Did All The Love Go?
Swarfiga
Shoot The Runner
Processed Beats
Black Whistler
I.D.
Take Aim
Stuntman
Empire
Fast Fuse
The Doberman
Club Foot
Fire
Vlad The Impaler
L.S.F. (Lost Souls Forever)

12 commentaires:

  1. Je suis jalouse, je rêve de les voir live mais oh tiens c'est étrange, ils ont encore oublié l'existence de l'ouest de la France pour cette tournée, tss
    en tout cas, la review donne encore plus envie maintenant, c'est malin

    RépondreSupprimer
  2. C'était exactemment çà. J'attendais ce concert depuis des années ayant raté LE fameux 2007 -tous le monde en parlait dans la salle- et je n'ai vraiment pas été déçue !

    RépondreSupprimer
  3. Thick as Thieves ? Je ne suis pas sûre qu'elle était dans la setlist.

    RépondreSupprimer
  4. Thick As Thieves n'a pas été joué.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour la correction. Je me suis basée sur les setlists des autres dates de la tournée, même si je n'étais plus sûre pour Thick As Thick. Je rectifie de suite.

    RépondreSupprimer
  6. *Mode je-fais-de-la-pub-pour-mes-copines on*

    Deux de mes amies modiennes (dont l'autre Floofette) tiennent le site français: http://www.kasabiansparadise.com

    RépondreSupprimer
  7. Oui je suis tombée sur ce site en cherchant quelques trucs sur le groupe, et je me demande si je ne les ai pas vues à Lille, quelques filles sont entrées avant pour interviewer le groupe et ont pu faire des photos devant la barrière, je pense qu'elles en faisaient partie.
    Le monde est petit!

    RépondreSupprimer
  8. hello !!
    comme promis, je reviens par ici pour la setlist. Tu trouveras ton bonheur par là -> http://www.setlist.fm/setlist/kasabian/2010/laeronef-lille-france-23d754b7.html
    Et très chouette chronique au pasage... ^^

    RépondreSupprimer
  9. Chloé, l'une d'entre elles est du Ch'Nord et y était selon son profil LastFM (Elle a les cheveux aussi rouges que les miens donc facile de voir si tu l'as vue ou pas)

    RépondreSupprimer
  10. eh bien, moi, ce concert m'a plutôt déçue
    à part tom qui faisait un minimum le show, le groupe avait l'air de se faire ch*er, le son était mauvais, et les gros anglais dans la fosse c'était pas trop mon truc non plus
    setlist plutôt sympa même si certains titres du dernier album auraient pu être occultés
    si ils repassent où j'habite, j'irai mais je me déplacerai jamais pour les voir en tout cas, j'en attendais peut être trop

    RépondreSupprimer
  11. Je les ai vus en concert il y a 2 semaines, j'ai adoré :-) me voilà encore plus fan qu'avant :-)

    RépondreSupprimer